RIAQ | Réseau d'information des aînés du Québec
Diminuer la policeAgrandir la police
 SANTÉ
Accueil
Acouphènes
Aide pour les aînés
Ainés actifs
Aînés et les abus
Alcool
Alimentation 1
Alimentation 2
Alzheimer
Améliorer votre français
Artères bloquées
Arthrite
Arthrose
Astuces
Attention à ...
Au décès
AVC (Accident Vasculaire Cérébral)
Bénévolat
Bien dormir
Bonheur
Brûlure
Cancers
Centres d'accueil et centres de jour
Centres d'écoute
Cerveau
Coeur
Compostage
Conseils nutritionnels
Conseils-1
Conseils-2
Contre les états de fatigue chronique + maigrir
Contrôler son poids
Découragement ... déprime...
Dents
Diabète
Dons d'organes
Douleurs
Entretien d'une maison
Étouffement
Exercices et sports
Fatigue
Fraude
Garder la forme
Garder la santé
Goutte (maladie)
Hébergement
Impôts
infarctus
Jeux - Danger!
La mort
La retraite
La vie
Loisirs
Maigrir 1
Maigrir 2
Maladie du coeur
Maladies - 1
Maladies - 2
Maladies du coeur
Médicaments
Mémoire
Nécrologie
Nutrition
Oreille et audition
Parkinson
Peau ( soleil - psoriasis )
Prévention
Prostate
Protection
Recherches
Résidences pour aînés
Retraite
Santé - animaux
Santé au Québec
Santé en France
Se soigner ...
Sécurité à la maison
Services
Sexualité
Sieste
Testament de vie
Tique
Traitements
Un peu de tout
Varices
Vieillissement 1
Vieillissement 2
Vitamines
Vivre longtemps
Yeux
 
Si je pouvais revivre ma vie
Texte écrit par Erma Bombeck, une journaliste américaine qui a perdu son combat contre le cancer.
 

J'aurais moins parlé mais écouté davantage. 

J'aurais invité des amis à venir souper même si le tapis était taché et le divan défraîchi.

J'aurais grignoté du maïs soufflé au salon et ne me serais pas souciée de la saleté quand quelqu'un voulait faire un feu dans le foyer.   

J'aurais pris le temps d'écouter mon grand-père évoquer sa jeunesse.

Je n'aurais jamais insisté pour que les fenêtres de la voiture soient fermées par un beau jour d'été tout simplement parce que mes cheveux venaient tout juste d'être coiffés.

J'aurais fait brûler ma chandelle sculptée en forme de rose au lieu de la laisser fondre d'elle-même parce qu'entreposée pendant  trop longtemps dans l'armoire.

Je me serais assise dans l'herbe avec mes enfants sans me soucier des taches de gazon. 

J'aurais moins ri et pleuré en regardant la télé, mais davantage ri et pleuré en regardant la vie. 

Je serais restée au lit lorsque malade plutôt que de prétendre que la terre cesserait de tourner si je ne travaillais pas cette journée-là. 

Je n'aurais jamais rien acheté pour la simple raison que c'était pratique, ou encore à l'épreuve des taches ou parce que garanti pour durer toute la vie.

Au lieu  de souhaiter la fin de mes neuf mois de grossesse, j'en aurais savouré chacun des instants en réalisant que la merveille grandissant en dedans de moi était la seule chance de ma vie d'aider Dieu à faire un miracle. 

Lorsque mes enfants m'embrassaient avec fougue, je n'aurais jamais dit: "Plus tard."

- " Maintenant va te laver les mains avant de souper. " 

Il y aurait eu plus de " Je t'aime "..., plus de " Je suis désolée "..., mais surtout, si on me donnait une autre chance de revivre ma vie, j'en saisirais chaque minute... la regarderais et la verrais vraiment..., la vivrais... et ne la redonnerais jamais. 

Erma Bombeck


Plan du site |