RIAQ | Réseau d'information des aînés du Québec
Diminuer la policeAgrandir la police
 SANTÉ
Accueil
Ainés actifs
Aînés et les abus
Alimentation
Améliorer votre français
Au décès
Bactéries
Bénévolat
Bouger !!!
Cancers
Centres d'écoute
Coeur: comment l'aider
Conférences OVS (Observatoire vieillissement et société)
Conseils
Contre les états de fatigue chronique + maigrir
Contrôler son poids
Dons d'organes
Être créatif jusqu’au bout
Exercices et sports
Fraude
Garder la forme
Hébergement
La retraite
Loisirs
Maigrir
Maladies
Médicaments
Mémoire
Nécrologie
Neuropathie
Nutrition
Prévention
Protection
Recherches
Santé au Québec
Santé Canada
Santé en France
Sécurité à la maison
Sept signes qui montrent que vous pourriez avoir une maladie du coeur
Services
Sexualité
Testament de vie
Tique
Traitements
Un peu de tout
Vaccins contre la COVID
Vie éternelle
Vieillissement
Vivre longtemps...
 
Le facteur qui peut répandre le cancer 6 fois plus vite - Juillet 2016

Difficilement maîtrisable, ce facteur pourrait bien se transformer en une "autoroute du cancer", selon des chercheurs australiens.

Même si cela n’avait pas encore été prouvé scientifiquement, la part des émotions négatives dans la survenue du cancer était soupçonnée par la communauté scientifique. Une récente étude du Monash Institute of Pharmaceutical Sciences (Australie) vient d’ailleurs d’établir un lien, pour l’instant sur la souris, de cause à effet entre le stress et cette maladie

Les chercheurs ont abouti à cette conclusion après avoir effectué un test sur des souris atteintes d’un cancer du sein dont ils observaient la progression du cancer face à des situations de stress. "On a remarqué 6 fois plus de propagation du cancer chez les souris stressées que chez les souris témoins", a déclaré le Dr Caroline Lee, chercheuse sur cette étude, au média ABC.

Un bêtabloquant pour empêcher la propagation du stress

"Le stress fabrique des itinéraires physiques hors de la tumeur, et crée une voie physique de propagation du cancer", a expliqué le Dr Erica Sloan, biologiste du cancer à l’Institut Monash et auteure principale de l’étude. Le stress agit comme "un engrais" et les métastases ont plus de facilité à se propager à travers le corps et à coloniser les autres organes.

 Le problème est que les patients diagnostiqués d’un cancer ont encore plus tendance à être affectés par l’état de stress. En réponse à cette problématique, le Dr Sloan et son équipe auraient trouvé un bêtabloquant pour le réduire, le Propranolol®, habituellement utilisé pour traiter l’hypertension artérielle, prévenir les risques de crises cardiaques ou réduire la fréquence des migraines. Sur les souris, le médicament a été particulièrement efficace pour bloquer le stress, qui n’a pas métamorphosé le système lymphatique et stimulé la diffusion du cancer.
 De futurs essais cliniques sont prévus pour voir si le médicament empêche aussi la propagation du stress chez l’humain.

Source
: cliquez ICI.


Plan du site |